Tél. 06 42 18 64 29 robert.igoulen@laposte.net

Restaurant de la gare : la fin d’un désastre financier ?

Le fiasco est total sur ce dossier et la majorité municipale n’en est pas fière. Lors du Conseil municipal du 7 novembre dernier, les élus du groupe Pernes Dynamique et Solidaire ont à nouveau demandé au maire de faire un point de la situation, alors que le bâtiment communal reste fermé depuis le départ forcé de l’ancien gérant pour non- paiement des loyers.

Le maire a confirmé que l’ancien bâtiment d’accueil de la gare garderait son affectation de restaurant, après les lourds travaux réalisés par la commune en 2013-2014, pour plus de 800 000 €. La consultation de repreneurs lancée par la municipalité a conduit finalement à retenir une offre, mais le nouveau bail n’est toujours pas signé. Il le sera avant la fin de cette année pour une entrée en vigueur au 1er janvier 2020. Les élus auront donc à connaître les conditions du nouveau bail et le nom du futur gérant avant la fin de l’année, sûrement lors du Conseil municipal fixé au 19 décembre.

On a du mal à comprendre cette décision, qui va conduire à rouvrir les portes du restaurant en pleine saison hivernale. D’autant que le nouveau gérant a accepté, selon le maire, de verser à la commune une somme de 80 000 €, pour compenser les pertes subies. Là aussi, difficile de savoir à quel titre cette somme sera versée en toute légalité. De même, un accord financier a été trouvé avec le liquidateur judiciaire sur le prix de rachat du matériel et des équipements de restauration laissés par l’ancien gérant.

Le Tribunal de Grande Instance de Carpentras, dans son ordonnance du 18 décembre 2018, avait condamné la Sarl SAN FROI, titulaire du bail, à payer à la commune « une indemnité prévisionnelle de 46 812,05 €, au titre des charges et loyers impayés arrêtés au 6 mars 2018 ». Le maire a reconnu que cette somme n’avait pas été versée et que le préjudice financier estimé aujourd’hui à plus de 100 000 € était bien réel. Nous sommes loin des engagements pris, qui consistaient à payer les échéances de l’emprunt municipal avec les loyers. Fiasco total, dont les contribuables Pernois ne peuvent que constater les dégâts !

Le maire a indiqué par ailleurs qu’un accord semblait sur le point d’aboutir avec la SNCF sur le déclassement de la voie ferrée, permettant d’engager au plus tôt les travaux de prolongement de la voie Venaissia, cette piste cyclable qui relie déjà Jonquières à Carpentras. Enfin, la convention de 5 ans autorisant l’occupation des 80 m2 de voie utilisée pour la terrasse du restaurant, qui était venue à échéance, a été renouvelée pour 10 ans.

Tout semble donc se régulariser. Mais à quel prix ? La facture, payée par les impôts des Pernois, est lourde.
Nous n’avons cessé, pendant 6 longues années, de dénoncer cette décision du maire de transformer une propriété communale en restaurant, mis à disposition d’un privé dans des conditions contestables. Cela s’appelle de la concurrence déloyale vis-à-vis des établissements existants qui ont assuré eux-mêmes les investissements et assument seuls tous les risques.