Tél. 06 42 18 64 29 robert.igoulen@laposte.net

Pernes à vélo : attention danger !

Même avec de la bonne volonté, beaucoup d’indulgence et sans parti pris – ce qui nous arrive quelquefois – on ne peut qu’approuver la critique qui est faite régulièrement à notre belle commune : Pernes est un danger pour les cyclistes ! C’est encore plus vrai en période estivale. Résidents et touristes à vélo risquent le pire en parcourant nos rues et nos routes. Ils ne se gênent d’ailleurs pas pour le dire.
L’Office de Tourisme a beau multiplier ses efforts pour vanter la qualité de nos sites et diffuser largement son dépliant « Balades à vélo » qui invite à la découverte de notre campagne, rouler à vélo à l’intérieur de la ville est dangereux.

Les circuits proposés aux touristes, parfaitement balisés, à l’abri d’une circulation automobile dense, mais sans aménagements particuliers, concernent en réalité uniquement des chemins extérieurs de l’Est de la commune, aux revêtements approximatifs qui nécessitent des vélos adaptés. Parfait pour apprécier la qualité de nos paysages. C’est le seul critère qui a dû convaincre la Fédération Française de Cyclotourisme à signer en début d’année une convention donnant le label « ville et territoire vélo-touristiques » à notre commune. Car l’obtention de cette marque déposée crée des obligations auxquelles la ville de Pernes ne répond pas, c’est clair.

La réalité, c’est qu’arrivé dans les quartiers plus urbains, à commencer par le tour de ville, le cycliste doit faire preuve d’une vigilance extrême et risque l’accident à tout moment Ici, la route ne se partage pas. La voiture, en circulation ou en stationnement, y est reine, y compris sur les places. La cohabitation entre les usagers devient mission impossible. Les freinages et les manoeuvres d’urgence sont permanents.

Un choix assumé de la municipalité

Aucune des rares pistes qui mènent au centre-ville ne présente des garanties suffisantes de sécurité. Aucun dispositif de protection n’existe aux intersections, sans parler des giratoires, qui sont de véritables pièges à accidents. Les points de stationnement vélo sont insuffisants. Mais, ce qui est grave et irresponsable, c’est que cette situation n’inquiète pas la majorité municipale, malgré le rappel régulier des élus de « Pernes Dynamique et Solidaire ». Pendant que les villes voisines redoublent d’imagination pour développer et sécuriser l’usage du vélo et créer des cheminements protégés, Pernes, comme dans d’autres domaines, est à la traîne. Situation de carence. Aucun projet et aucune volonté d’en avoir !

Alors que nous offrons aux visiteurs un des plus beaux Musée du Cycle de France grâce à la détermination d’une poignée de bénévoles, alors que Pernes s’honore d’avoir vu naître Paul de Vivie, dit « Vélocio », figure emblématique du cyclotourisme et inventeur du dérailleur, la commune n’est pas capable de répondre à une nécessité et à une demande forte de la population. Question de choix.