Tél. 06 42 18 64 29 robert.igoulen@laposte.net

Nouveau projet du maire de Pernes : un Centre d’Artisanat d’Art

Lors du Conseil municipal du 2 octobre 2019, le maire a demandé la modification du Plan Local d’Urbanisme sur le site de l’ancienne conserverie des Frères Fontana (cours Frizet), pour préparer la réalisation d’un Centre Artisanal d’Art. Ce projet, voté par la majorité municipale, a fait l’objet d’une vive réaction des élus du groupe Pernes Dynamique et Solidaire.

Nous présentons ci-après le texte argumentaire, remis au maire à l’issue de la séance et qui a servi de base à l’intervention de Robert Igoulen, au nom du groupe.

« Le projet de modification du PLU présenté par le maire de Pernes concerne principalement la création d’un secteur spécifique (UA1) dans le centre-ville, sur le site de l’ancienne conserverie des frères Fontana et permettant la réalisation d’un « Centre d’Artisanat d’Art ».

Cette friche industrielle de 4 000 m2 faisait l’objet jusqu’à présent dans le PLU en vigueur, d’une servitude interdisant les constructions ou installations importantes… pour une durée au plus de 5 ans, dans l’attente de l’approbation par la commune d’un projet d’aménagement global.

1 – Sur la méthode, le projet est inacceptable et bafoue, une nouvelle fois, les règles élémentaires de la démocratie locale.

Depuis le 1er décembre 2016, date de l’officialisation du PLU, la commune n’a jamais été en mesure de proposer un quelconque projet sur ce site sensible, propriété privée en indivision et touché par les risques d’inondations. Elle n’a jamais mis à l’ordre du jour d’un comité consultatif municipal (où siègent les représentants des associations) le devenir du site, ni exprimé la moindre intention de projet.

Mais voilà qu’à guère plus de 5 mois des élections municipales, sans aucune information préalable, sans aucune concertation avec le milieu associatif, les riverains et les Pernois en général, sans débat préparatoire au Conseil municipal et sans argumentaire économique et culturel, le maire décide de créer un « Centre d’Artisanat d’Art » comprenant « un musée, des ateliers d’artisanat d’art, des salles d’exposition, un restaurant et des commerces en lien avec la thématique du Centre ». Un projet qui ne figurait pas sur la feuille de route de la majorité municipale.

Par ailleurs, s’agissant d’une modification règlementaire qui ne change pas les orientations du Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD), il n’y aura pas d’enquête publique. Une simple mise à disposition du public qui va permettre une approbation dans des délais courts, une formalité… avant la fin de l’année !

2 – Sur le contenu du projet, les élus de Pernes Dynamique et Solidaire émettent de lourdes réserves.

Un projet inopportun.

La question est de savoir si le projet profitera au développement communal et s’il répond à un besoin fort des Pernois ?
Il s’inscrit dans une logique de concurrence exacerbée entre les communes proches qui font la chasse aux artisans d’art pour leur offrir les meilleures conditions d’accueil. Pernes et Monteux s’y sont engagées depuis plusieurs années. Projet de musée des vieux outils sur le site de la gare, nouvelle galerie d’art avenue Font de Luna, mise à disposition de locaux dans le centre historique… sont venus s’ajouter aux nombreux équipements d’expositions existants (Chapelle des Pénitents Blancs, galerie des Abattoirs, galerie Traces…). Comment se
situe le projet de Centre d’Artisanat d’Art et de nouveau musée par rapport à cette offre multiple ?

Pernes, ville musée ? Ce n’est pas notre vision de l’avenir pour la commune.

Dans un contexte de rareté des aides financières publiques et compte tenu des capacités communales, ce projet, dont rien n’est dit sur les enjeux financiers et sa faisabilité, n’est pas opportun.

S’inscrire dans un plan d’ensemble

La friche industrielle, située en bordure d’un axe principal à forte circulation automobile et poids lourds, jouxte la place Frédéric Mistral et la place de l’église Notre Dame appelée à être restructurée. La rivière de La Nesque la borde au Sud, avec ses quais et ses animations.
Il est nécessaire que son devenir soit étudié au regard de ces espaces publics majeurs du centre-ville, en matière de contenu, d’accès, de cheminements, de stationnement.
Le nouveau centre sera-t-il un espace ouvert ou fermé ? Rien n’est dit, sauf que les emprises des différentes fonctions sont déjà figées… avec un emplacement réservé pour 2 logements en façade du cours Frizet (qui bat tous les records de trafic et de bruit) qui pose question.

Quelle faisabilité économique ?

Un projet d’initiative publique, dont la faisabilité n’est pas démontrée.
La maîtrise foncière du site, actuellement en indivision, est-elle assurée ? Y-a-t-il des engagements des représentants de la famille sur la volonté de vendre et à quel prix ?
Le projet fait référence à un restaurant et un commerce « en lien avec la thématique du Centre d’Artisanat d’Art ». Ces activités seront-elles initiées et mises en oeuvre par la commune ou des partenaires privés ? Quel montage juridique et financier pour la réalisation, le fonctionnement et la gestion du Centre ?
La commune ne peut pas lancer une modification du PLU, faite pour rendre possible réglementairement la réalisation de ce Centre d’Artisanat d’Art, sans en avoir étudié et démontré la faisabilité.

En conclusion :

Les élus de Pernes Dynamique et Solidaire demandent au maire de retirer ce dossier de l’ordre du jour, compte tenu de son impréparation, des questions qui restent posées sur son contenu et sa faisabilité et surtout de l’absence totale de la concertation préalable.
S’agissant d’un site particulièrement sensible et symbolique, son devenir relève de l’intérêt général et ne peut être décidé à la veille d’une échéance électorale qui engage l’avenir de la commune.
A défaut d’être retiré, le projet présenté fera l’objet d’un vote contre de la part des élus du groupe Pernes Dynamique et Solidaire. »