Tél. 06 42 18 64 29 robert.igoulen@laposte.net

Le musée des vieux outils : le grand projet de demain !

Les Pernois qui pensaient que le maire avait enterré son projet de musée des vieux outils en seront pour leurs frais. Il vient en effet de faire sa réapparition à l’occasion d’un dossier de demande de subvention auprès de la Région.
Prévu sur les terrains en friche de l’ancienne gare, dans un hangar désaffecté, sans projet d’ensemble, le nouveau musée, rebaptisé « musée des arts et traditions populaires » doit « participer au développement touristique de la commune ». Ce sera le grand projet de cette fin de mandat. Décidément, nos impôts servent en priorité à immortaliser le passé.

                                hangar-et-colus

Le site de l’ancienne gare et les terrains proches représentent un enjeu d’urbanisme exceptionnel. Plus de 4 ha, pas très loin du centre-ville, attendent depuis des années que la municipalité définisse un projet d’ensemble qui prépare l’avenir. Un projet d’aménagement global, c’est d’ailleurs la condition fixée par le PLU, approuvé le 1er décembre dernier, à toute intervention sur ces terrains, classés en « périmètre de servitude de projet ». En attendant le projet d’ensemble , le règlement y interdit toute installation ou construction dont la surface serait supérieure à 150 m2. Or le projet du maire ne fait pas dans la demi-mesure : 801 m2, plus 197 m2 pour un auvent et l’aménagement de 7 355 m2 d’espaces extérieurs. Coût : 1,5 M€, en incluant les travaux de réfection de toiture déjà réalisés.
La commune, comme tout citoyen, devra déposer une demande de permis de construire et se conformer aux règles du PLU. Sauf que là, cela devient compliqué !
Ces incohérences et ces incompatibilités ont été dénoncées par les élus de « Pernes Dynamique et Solidaire » lors du Conseil municipal du 12 décembre dernier. Ils ont insisté aussi sur le décalage entre ce projet et les priorités des Pernois. Mais le premier magistrat a répondu, droit dans ses bottes, que « Le PLU peut se modifier » ! On croit rêver !

On rappellera que l’affaire dure depuis plus de 15 ans, après que la ville ait demandé aux Sorgues du Comtat, compétente en matière d’économie, de lui proposer, après différentes études coûteuses, des scénarios d’urbanisation… tous refusés par le maire ! Il y a moins de 3ans, il affirmait pouvoir vendre une partie des terrains à un promoteur pour financer les investissements publics. Mais sa seule initiative a été de mettre à la disposition d’un restaurateur privé l’ancien bâtiment d’accueil de la gare rénové.

On savait le maire peu compétent et particulièrement frileux en matière d’aménagement, mais on est là dans le domaine de l’irresponsabilité. Son obsession à vénérer le passé et à consacrer l’essentiel du budget d’investissement au patrimoine ancien, a fini par classer notre commune dans la catégorie des belles endormies. Alors qu’il y a tant de choses à faire pour répondre aux besoins de la population.

Entre une salle polyvalente moderne, porteuse d’une dynamique culturelle nouvelle, et un musée des vieux outils, le maire a choisi.