Tél. 06 42 18 64 29 robert.igoulen@laposte.net

La Nesque en crue détruit les berges… et après ?

La Nesque est sortie de son lit fin décembre et a créé des dégâts importants dans notre commune, mais pas seulement. Le reportage réalisé par l’association La Nesque Propre et publié sur son site, montre des images impressionnantes, prises le 21 décembre, depuis la source à Aurel jusqu’après le pont rail des Coudoulets à Pernes où quatre habitations sont menacées de disparaitre. Une rivière transformée en torrent, des ponts fermés à la circulation, des dizaines de m3 de matériaux charriés et des embâcles un peu partout.

Dans le centre-ville de Pernes, la photo ci-dessous montre les importants désordres causés aux berges de la rivière canalisée : un muret de protection éventré et déchaussé, la promenade piétonne emportée. Bref, une véritable catastrophe et donc des travaux conséquents à réaliser rapidement pour sécuriser le secteur et lui redonner vie.

IMG_3118

Comment faire après ?

Le problème majeur qui se pose au responsable public, qui est le Syndicat Intercommunal d’Aménagement de la Nesque (SIAN), présidé par le maire de Pernes, est un problème de financement, car les travaux à réaliser (qui concernent plusieurs secteurs dégradés dans plusieurs communes) vont se chiffrer à des centaines de milliers d’euros. Des sommes qui ne sont pas à l’échelle du budget insignifiant du syndicat, alimenté par les trois communautés de communes adhérentes (dont les Sorgues du Comtat) qui bénéficient de la taxe Gemapi. Pour mémoire, en 2018, le SIAN a reçu des Sorgues du Comtat, principal financeur, la somme de 15 000 € !

L’écart entre les capacités de financement et les besoins d’aménagement est tel que des procédures d’exception devront être engagées, au-delà des aides qui pourront arriver de l’Etat. Cela prendra du temps et nécessitera des études techniques préalables, des études d’impact obligatoires et des autorisations administratives. Et encore faudra-t-il que le SIAN ait la volonté et se donne les moyens de faire aboutir les dossiers.

Le maire de Pernes, président du SIAN, doit exprimer haut et fort les problèmes posés et la nécessité d’y faire face de façon urgente, notamment devant les responsables des Sorgues du Comtat dont il est encore 1er vice-président… et l’Etat. A défaut, aucune solution sérieuse et pérenne ne pourra être mise en oeuvre. Les quatre habitations situées à 100 mètres en aval du pont rail des Coudoulet, de nouveau fragilisées par les récentes crues, ont du souci à se faire !